21 février 2017

S'immerger dans les villages papous

Dans les villages papous visités durant ce voyage : Des sourires, de la curiosité, des dessins qui attroupent les villageois, des moments simples partagés, et des chants qui émeuvent par-delà la barrière de la langue...
Et invariablement des "au revoir" à rallonge, au bout du ponton de bois !



Expédition organisée et menée par la Fondation Iris, merci à elle !

19 février 2017

Tutuba - L'histoire d'une toile

Suite de nos stories en atelier avec Maud Villaret...

Attaquons-nous à LA grande toile de l'expo : Tutuba !


Vu le format de la toile (114x146 cm) c'est directement à l'atelier de Maud que cette toile a débuté son histoire...

La toile a été encollée de cartes marines de l'archipel du Vanuatu.
Au fil de l'avancée du portrait, et en coloriant les ombres (activité assez méditative sur un format pareil), j'ai laissé mes yeux divaguer sur les informations de la carte...
Et c'est comme ça que je suis tombée sur le nom de "Tutuba", minuscule îlot au large de l'île d'Espiritu Santo... un endroit que j'ai visité et adoré, il y a plusieurs années. La sonorité m'a plue, en plus du beau souvenir associé : Le nom était trouvé !




Après plusieurs sessions de travail sur le dessin, nous avons attaqué la couture... puisque certains éléments de la veste sont soulignés de ficelle épaisse, ou rebrodés de perles longues métalliques.
Beaucoup de problèmes techniques pour cette étape, et vue la taille de la toile, il était plus pratique de travailler en binôme, pour ne pas avoir à retourner incessamment la toile. Un vrai travail à quatre mains !

video


Puis Maud a commencé le travail du collier.
Les instructions du mood board, concocté au départ, disaient : "Noir et blanc, graphique, objets de grande taille".

Vous verrez que - comme pour à peu près toutes les toiles de l'expo-, le mood board n'a pas été suivi, car la créativité de Maud est simplement incanalisable !



Il y a finalement eu du tissu bazin dans plusieurs couleurs... notamment sous la forme de berlingots rembourrés,
de la chaînette,
des coquillages,
du cuir,
des perles de verre,
des plumes...








Et voilà enfin notre Tutuba prête à être exposée !

17 février 2017

Ecouter le chorus matinal des oiseaux

Se lever avant l'aube et s'immerger dans une forêt primaire papoue, prise dans les nuages, à l'écoute du chorus matinal des oiseaux...
(n'oubliez pas d'activer le son !)



Expé organisée par la Fondation Iris

14 février 2017

Lluvia - L'histoire d'une toile

Ca y est, notre expo commune avec Maud Villaret est décrochée, et j'ai récupéré à l'atelier, pour mon plus grand plaisir, certaines des toiles...

Comme je l'ai fait l'autre jour pour Pomponnette, voici l'histoire derrière cette toile, Lluvia.

Au départ, un format kakemono qui m'est inhabituel : 50x150 cm. La volonté de traiter les drapés en jouant sur des graphismes avec cette couleur qui m'est toujours chère, l'indigo.
Pour cela, j'ai employé une technique de batik sur papier...
Le premier lavis du drapé a été effectué d'une seule traite, sous l'objectif d'un photographe... Il ne fallait pas se louper !

Photo : Kares Le Roy

Photo : Kares Le Roy

La toile - d'un format pourtant pas idéal pour voyager - m'a ensuite accompagnée dans le train pour Paris, où nous sommes allées ensemble rejoindre l'atelier de Maud.

Installée dans un lieu de passage de l'atelier, elle a attendu que nous lui trouvions une idée de devenir... 
Il y avait des envies de doré, et des envies (la touche Maud !) de jaune fluo. Mais rien de concret...

Lluvia a assisté, en spectatrice, à la création de toutes les autres toiles...
Elle a assisté à la folie des pompons de la période Pomponnette...


... cohabité avec Tutuba quand celle-ci attendait son collier...


... jusqu'au jour où Maud s'est enfin attaquée à la broderie... pas une mice affaire vu le format !


Chaînette, perles de rocaille, rebroderie des taches blanches... un travail de minutie et de patience...


Lluvia exposée à la galerie


"Lluvia"

"Lluvia" - Détail

"Lluvia" - Détail

13 février 2017

Dessiner à Misool...

« L'eau était transparente comme le cristal, et teintait la pente rocheuse qui plongeait abruptement dans ses profondeurs insondables avec des couleurs variant de l'émeraude au lapis-lazuli. La mer était calme comme un lac, et le soleil glorieux des tropiques jetait un flot de lumière dorée sur tout le paysage. La scène était pour moi inexprimablement délicieuse. J'étais dans un monde nouveau, et je pouvais rêver des merveilles de la nature cachées dans ces forêts rocheuses, et dans ces abysses azurés. »
Alfred Russel Wallace, The Malay Achipelago, 1854-1862




Expé menée par la Fondation Iris 

10 février 2017

Nager dans une soupe de méduses

Expérience hors du commun, qui fera peut-être froid dans le dos à certains : 
Se mettre à l'eau dans une véritable soupe de méduses, dans un lac à Misool (Raja Ampat).

Pourtant, aucun risque : Elles vivent isolées de la mer depuis tellement longtemps qu'elles ont perdu leur pouvoir urticant. 
Drôle de sensation de nager parmi elles et les sentir pulser contre sa peau !



Merci à la Fondation Iris pour l'organisation de ce voyage hors norme...

09 février 2017

"Portraits d'ateliers"

C'est le nom du projet de Valérie Aboulker, amie carnettiste que j'ai accueillie à la maison il y a quelques jours...

Elle voyage d'atelier d'artiste en atelier d'artiste, s'inspire de l'ambiance, croque, peint, compose... des images qui sont des concentrés de ces lieux si particuliers...

J'ai eu la chance de faire partie de sa sélection d'artistes, et je suis assez saisie par le résultat, où je retrouve tous mes objets chéris, à travers son oeil et son coup de pinceau.









Si vous aimez son travail, Valérie Aboulker a déjà publié un projet proche : "Portraits d'intérieurs", aux éditions Apeiron. Un livre que je vous recommande...


Le pitch : 
"Ce livre est un carnet de voyages à travers une série de 17 portraits d’intérieurs! Voyages chez les amis de toujours, la famille ou les rencontres d’un moment. Valérie Aboulker dessine les intérieurs des appartements ou des maisons. Un angle de vue, les objets, les couleurs, la luminosité du lieu l’inspirent. Valérie aime les tissus, elle en crée pour chaque intérieur visité; des motifs et des couleurs, reflets de ces vies partagées. Il s’agit d’un voyage graphique dans l’intimité des souvenirs accumulés, des agencements et des décors."